jeff airborne, la poésie en noire Index du Forum

jeff airborne, la poésie en noire
Le Destin et les Esprits m'ont mit sur votre chemin. Peux être est ce un signe ? Je vous apporterais mes réponses philosophique à vos questions...Même si vous n'aimer pas mon oeuvre, vous en serez tout de même transformer

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'amour d'un loup

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    jeff airborne, la poésie en noire Index du Forum -> La poésie noire -> Nouvelles fantastiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jeff airborne
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 11

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 03:20 (2012)    Sujet du message: L'amour d'un loup Répondre en citant

         Pauvre jeune femme qui fuyait les hommes, courant sans se retourner, traquée par ses poursuivants. Traversant court d'eau, chemin et sentier, la belle fit face à une sombre forêt. Des légendes sombres courait sur ces bois envoûtés, domaine d'une créature que seul les braves osaient affronter. "Un ours immense vous voulant dans sa pense !" disaient certains, "un criminel acculé!" disaient d'autres.

         La pauvre demoiselle, ses poursuivants la rattrapant, s'engouffra dans la lisière pour échapper au tourment. Les agresseurs, eux, s'arrêtaient net. Rendus superstitieux par les comptes sur ce bois mystèrieux, ils n'osèrent y pénétrer...

         Je sortais chasser, et les cris de ces hommes bruyants et excentriques étaient devenu monnaie courante. J'avais pris soin de suffisamment les apeurer  pour ne plus les trouver sur mon territoire mais leurs chasseurs s'aventuraient parfois à ma recherche sans jamais me trouver. Un lapin passa devant moi mais alors que je le pris en chasse, des craquements brisèrent le silence qui était retombé sur la forêt. Guidé par l'odeur apporté au gré d'une brise de la nuit, je suivis cette piste jusqu'à la clairière non loin.

         L'humaine était recroquevillé là, dans le creux d'un arbre. Ma tanière n'était pas loin et je ne voulais pas qu'elle la découvre. Je m'approchais en silence, tapi dans l'ombre. Je remarquais qu'elle pleurait, certain de ses vêtement était déchirés. Elle était belle, très belle. Bien que loup, je ne pouvais pas comprendre que les Hommes fasse du mal à leur femelle... Je resta là, observant mais un rayon de Luna viens trahir ma présence.

         La jeune femme me vit: Un grand loup, noir, avec ses yeux jaune qui brille dans l'obscurité. Elle resta caché dans l'arbre espérant que je ne l'avait pas vu. Et comme attiré par Elle, j'approchais. Je pouvais sentir sa peur dans le vent. Elle avait peur, elle était même terrorisée mais j'avais l'impression que je n'en était pas la cause. Je montais sur un arbre couché par une tempête, histoire de prendre de la hauteur. Puis, après avoir observé avec attention cette humaine, j'en conclu qu'elle n'était pas une menace. Je l'entendais chuchoté :

- Mais pourquoi ? Qu'ai je fait ? Je ne méritait pas ça... Pourquoi moi ?

Je ne pu retenir la question qui restait sur le bout de la langue

- Pourquoi pleure tu, jeune demoiselle ?
- Des garçons de mon village me veulent du mal ? Me répondit elle
- C'est eux qui te pourchassaient ?

Elle leva la tête et ne vit que moi. Le loup.

- Je dois rêver ? C'est un rêve ? Demanda t'elle
- Un cauchemar veux tu dire ? Rétorquais je
- Je ne rêve pas ? C'est toi qui parle, le loup ?
- Vois tu autre personne que moi ? lui répondis je
- C'est impossible ?!
- Pourquoi ?
- Les animaux ne peuvent pas parler... reprit elle
- N'en suis je pas la preuve ? lui assurais je
- C'est toi qui terrorise les chasseurs qui viennent dans les bois ? me lança t'elle comme pour changer de sujet
- Je les éloigne de mon territoire.
- Tu vas me manger ?
- Non, je ne mange pas les humain même si vous en êtes persuadés... Te fais je peur ?
- Non... Je ne sais pas...

         Cette Humaine était incohérente. Elle avait peur des hommes de son village, mais pas d'un loup noir dans un bois ? Je ne pouvais détacher mon regard de ces yeux... Magnifique, profond... Comme ma forêt... On s'y perdrait. Elle avait les cheveux aussi noir que ma fourrure. Je la trouvais vraiment belle, pour une humaine:

- Ces hommes, pourquoi te font ils du mal ?
- Ils me veulent... Ils veulent que je leur appartienne
- Ils ne viendront jamais jusqu'ici...
- Je ne veux pas retourner au village... Ils m'y attendront... Je peux rester ici ? Sur ton territoire ? Cela ne dérangera pas les autres loups ?


J’hésitais. Et si au lieu de les repousser, la présence de cette Humaine attiraient d'autre chasseurs ? Les Humains la voulaient mais si elle quittait la forêt, ils la captureraient et moi avec... Après un moment, je prenais ma décision:


- Soit... Je m'assurerais qu'ils ne viennent pas alors... Je suis un solitaire donc tu peux rester temps que tu ne risque pas de me mettre en danger
- Merci Loup noir

         Je me pris d'affection pour elle. Si douce, si gentil... Si fragile... Elle trouva une petite cavité dans un tertre de pierre et s'y installa. Je me doutais qu'elle ne savait pas chasser et que la forêt ne serait pas simple pour elle. Les trois premiers jours, je lui apportait du gibier, mais elle ne pouvait pas manger que de la viande. Elle cherchait des fruits et des champignons de temps à autres. Une semaine passa et je m'aperçus, qu'elle ne voulait plus partir:

- Les tiens ne s'inquiéteront pas depuis que tu n'es plus dans ton village ?
- Je dois t'avouer que je n'ai plus envie de partir... Je me plais bien dans ce bois...
- Tu ne veux pas rentrer chez toi ?
- Non, j'aime bien être ici, et tu me protège, tu veille sur moi comme si tu tenais à moi... Je t'aime bien Loup noir... Tu es le plus gentil loup que je connaisse.


Je secouais la tête, retroussant légèrement les joue dans un sourire lupin:


- Je suis peux être le seul loup que tu connaisse surtout.
- C'est juste.

         Le premier mois s'acheva. Plus je la côtoyais et plus je constatais quelle devenait prudente, sûr d'elle quand il le fallait. Elle était devenu une bonne chasseresse, elle était devenu sauvage ! La cinquième semaine débuta par un orage et ma tanière ne survécu pas cette fois ci. L'humaine m'accueillis dans se ce qui était devenu SA tanière. Après un jour et une nuit, la tempête capitula face au soleil et Luna nous fit l'honneur de sa présence au soir. Nous partîmes chasser...

         Nous traquions ensemble, nous mangions ensemble, nous dormions ensemble... Une évidence surgie dans mon esprit...

- Je me demandais... M'aurais tu apprivoisé ? Demandais je
- Non... C'est toi qui l'a fais... Toi et cette forêt... Je ne veux plus partir d'ici. Je veux rester dans ce lieux si beau qui m'a accueillit, qui me nourrit...
- J'aurais été triste que tu parte maintenant... J'ai toujours été qu'un grand loup noir, solitaire... J'aime ta compagnie, j'aime bien aussi quand tu chatouilles mon cou ou mes oreilles... Tu es comme... MA Belle ?
- Tu es comme MON Loup...

         Un frisson la traversa, seul preuve du passage d'un courant d'air. Je me leva pour me recoucher près d'elle, ma fourrure faisant barrage au froid. Elle posa sa main sur mon flan gauche et en parcourrai la fourrure de ses doigts. J'aurais voulut que cela ne s'arrête jamais... J'étais amoureux d'une humaine... Un amour impossible...

- Dors ma Belle, demain soir est un grand soir... Luna nous dévoilera sa pleine figure et éclairera la nuit.
- Luna c'est la lune ? Me demanda t'elle
- Oui...

         Le lendemain soir, le ciel était dégagé. Il faisait frais, ni chaud ni froid... Juste frais. Luna était là. Nous étions grimpés plus haut sur le tertre pour la voir. Quand Luna fût au plus haut du ciel, je chanta. Ma belle n'était pas un loup mais elle se joint à moi quand même. Je n'osais me retourner. Je fermais les yeux, sublimé par sa voix. Le récital achevé, n'ayant comme seul ovation, le hululement d'une chouette en contre bas, je me retourna vers ma Belle mais elle n'était plus là.... J'avais en face de moi... Une petite louve noire...

- Loup noir ! Qu'est ce qui m'est arrivée ?!
- Je ne sais pas... Mais tu ne peux plus être Ma belle... Plus maintenant
- Comment ?! Mais Pourquoi ?! Tu disais que j'étais ta Belle ?! Pourquoi ne pourrais je plus l'être ?!
- Parce que maintenant, tu sera MA petite Louve noire... Et je t'aimerais éternellement...



Jeff Airborne  
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 03:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    jeff airborne, la poésie en noire Index du Forum -> La poésie noire -> Nouvelles fantastiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com